Hüm Volapüka

Hüm: L’hymne (avec ü=y car l’allemand dit üpsilon, et avec aussi une réduction monosyllabique)
Volapüka: Volapük avec un a génitif, soit, du Volapük.

Le volapük a son hymne, publié en 1884: Un texte de Frank Zorell [Vükiped], sur une composition de nul autre que Johann Martin Schleyer lui-même.

La partition est publiée sur le site de la Bibliothèque Nationale de Bavière, institution dont la chorale du personnel a aussi produit un enregistrement moderne de notre hymne. On en trouve un mp3 sur leur site.

Notons que le Volapük est double (au moins!), puisqu’il en existe une version rigik (originale) et une version nulik (nouvelle), ainsi en va-t-il de son hymne également, dont les paroles retravaillées en nulik sont disponibles depuis 1933 grâce aux effort de l’inévitable Arie de Jong.

Cette introduction étant faite, entrons dans le vif du sujet: Le texte original de Zorell. Comme d’habitude, nous donnons le volapük en gras, suivi de notes de vocabulaire et de grammaire.

Sumolsöd stäni blodäla! – sum:prendre ici à l’impératif öd du vous, ols. – stän:étendardblodäl:fraternité, construit sur le mot blod, frèresaisissez l’étendard de la fraternité
Dikodi valik hetobsdikod:discordevalik:universelle – hetön:haïrnous haïssons la discorde universelle
Tönöls jüli baladäla, – tönön:tenir ferme, mais ici, avec öls c’est un participe présent actif, au pluriel(s), donc, avec un sujet pluriel (le Français moderne n’accorde pas les participes présents): tenant ferme jül:Le dictionnaire de Kerckhoffs a écran, mais dans le sens de ce qui fait écran, ce qui protège. Jül=shield en anglais, soit bouclierbalad:uniontenant ferme le bouclier de l’union
Volapüke kosyubobs, – syubön: se réjouir et kosyubobs nous nous réjouissons ensemblevolapüke: Volapük au datif: à la langue du monde. – Nous nous réjouissons au sujet du Volapük
Vokobsöz ko datuval: – vok:cri, ici avec nous, et conjugué avec le super impératif (öz:jussif) – ko: avecdatuval: l’inventeur-en-chef (le simple inventeur datuvel est promu en suffixant al au lieu du el) en général c’est Schleyer qui est désigné ainsi.  – Quoi!? Nous ne crierions pas avec M. Schleyer
„Menade bal, püki bal“!Menad:humanitébal:unepük:langueÀ l’humanité une, une seule langue.

Kis also, kanos koblodönkis:quoi also:alorskan:savoir/pouvoir, avec os pour le sujet neutre –koblodön: faire fraterniserQu’est-ce donc qui peut faire fraterniser
Lölika vola menis?lölik:entier cet adjectif placé avant le nom qu’il complémente, il est donc décliné et hérite du a génitif de volavol:monde (=world), au génitif (a): du mondemen:être humain (=alld:Mensch)- les hommes du monde entier?
Kis also kanos menodön, – kis also kanos:quoi alors peut, comme au dessus – menodön:corrigerQu’est-ce donc qui peut améliorer,
Äs pük bal, omsa stadis?omsa:leur stadis:conditioncomme la langue unique, leur condition?
Klu tonodosöz in val:klu:donc – tonodön:retentir, avec ici le pronom neutre os et la marque öz du jussif – val:universComment donc ne retentirait pas dans l’univers
„Menade bal, püki bal!“ – la devise du Volapük – À l’humanité une, une seule langue

Datuvel püka lifomöd,lifön:vivre ici avec le pronom om de rapportant au Datuvel püka, le découvreur de la langue, Schleyer, et la marque öd de l’optatif, marquant le souhait – Vive le découvreur de la langue!
Lifomsöd pakels ota,pakels:les propagateursota:de celle-ci – vivent les propagateurs de celle-ci!
Volapük aiflolomöd,flolön:fleurir on a avec omöd un souhait pour  le sujet Volapük. Mais on a aussi le préfixe ai, soit un a pour le présent suivi d’un i pour l’aoriste, que je tente de rendre par toujours. – Le volapük puisse-t-il toujours fleurir!
E välapüked oma!  e:et – välapüked est construit avec väl:choix et  püked:sentence; l’allemand a le mot Wahlspruch pour devise, qui semble le calque parfait de välapükedoma:saainsi que sa devise
Oibinomöd su talbinön:être au futur (préfixe o) optatif (öd) – su:surtal:terreque soit sur la terre
Menade bale pük bal! – la devise à nouveau, mais cette fois on a pük bal et non püki. Pük langue est le sujet de oibinomöd au vers précédent. – pour l’humanité une, une langue.

Et voilà!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s